Un week end à Tahiti

Ce n’est qu’un au revoir 👋, on commence à s’habituer (ou pas).Le voyage c’est aussi ça : faire des rencontres, créer du lien, et dire au revoir. Parfois on se fait la promesse de se revoir, de revenir. Mais on sait que ce n’est pas toujours facile.

Claude et Valentin nous accompagne à l’aéroport. On croise aussi Lionel, qui prend l’avion lui aussi pour Tahiti. On survole une dernière fois le lagon de Raiatea. Mais ce n’est pas encore la fin de la Polynésie !On a prévu de passer ces trois dernières journées à faire le tour de l’île de Tahiti. On a donc loué une voiture 🚗 et prévu de camper tranquillement les deux nuits à venir. Bonne surprise : nous sommes surclassés à l’aéroport et on a le droit à une voiture un peu plus grande ! Et c’est parti pour la côte ouest : pas besoin de gps, il n’y a qu’une route. On s’arrête d’abord faire quelques courses pour les trois jours à venir. Et puis, on a bien faim donc on s’arrête à la première plage venue pour un pique-nique et une baignade. Cette première plage de sable noir est vraiment belle et on profite sans jamais regarder l’heure. La liberté. Il fait beau et chaud, on pense à la France sous la neige ou qui grelotte. On se dit qu’on est chanceux 🍀, de s’aimer, de voyager, d’être heureux. Et croyez nous, on y pense tous les jours !

On reprend notre petite voiture et on s’arrête tranquillement pour des petites photos, s’asseoir face à un paysage qui nous plait. On vadrouille entre marae ( vous vous souvenez ? les sites sacrés !), grottes, cascades et plages. Arrivés à la pointe sud de l’île on se met en quête d’un endroit où dormir. On essaie d’abord sur le parking du musée Gauguin (ferme pour travaux), mais le garde nous dit que ce n’est pas possible. Deuxième essai dans une rue au hasard. On arrive sur une petite plage super de sable noire, vue sur la presque île. Il y a des maisons autour mais après avoir questionné les jeunes du quartier on nous dit que c’est ok ! On est ravis et installe notre campement, on pique nique et on regarde les étoiles prendre la place du soleil. Magique avec la presqu’île en face. C’est d’ailleurs notre destination du lendemain. On sympathise avec les locaux qui nous apporte même un café de bon matin… Que demander de plus !

C’est reparti pour une journée de soleil et de plage. On prend la première route de la presqu’île, puis la seconde. Oui, impossible de faire le tour en voiture, la pointe et uniquement accessible en bateau. Pour nous c’est un bonus trop cher. On rencontre et salut pas mal de voiture de location (reconnaissable à un gros autocollant orange à lavant et à l’arrière, sur d’être incognito).

Après avoir longé la côte, on s’enfonce dans la presqu’île jusqu’au belvédère de Taravau. Un point de vue sympa sur Tahiti et la presqu’île nous attend. Sur la route, on se croirait en Normandie : églises en vieille pierre, vaches 🐄, cultures… Bon ok, les palmiers et bananiers en plus mais à part ça, on vous jure, on s’y croirait.

Tahiti légende poisson 🐟 en ligne ici ! https://www.google.fr/amp/s/www.tahitiheritage.pf/legende-terehe-poisson-tahiti/amp/

Nous revoilà en quête d’une plage pour notre pique nique du midi. On en trouve rapidement une et installons notre hamac. Une famille de Français mangent à côté de nous, et on passe notre temps entre baignade, jeux avec les enfants et sieste dans le hamac. Une fois les forces (et la douche) reprises, on repart entre cascades, plages, églises.

La côte est à une mer plus agité, et donc pleines de surfeurs 🏄‍♂️. C’est une autre ambiance. On fait une halte au trou du souffleur, une cavité dans la roche où la mer s’engouffre et crache une vapeur d’eau salée. On achète quelques bananes à un vendeur de rue et hop c’est parti pour le goûter : beurre de cacahuètes, confiture locales de banane vanille, banane et pain. Miam. C’est là que les ennuis commencent.

On cherche un petit coin pour la nuit. Au vue des plages, on cherche plutôt un coin montagne dans la végétation. On s’aventure sur un chemin mais on a pas pris un 4×4 nous… et puis on croise beaucoup de fêtard sur la route… Il va faire nuit, le ciel se couvre, les moustiques débarquent et on a pas trouvé un endroit où passer la nuit. Il pleut. Pas des petites gouttes. Après réflexions, on se dit que le coin de rêve, on le connaît : là où on a passé la nuit la veille. Finalement l’île n’est pas si grande on peut bien y retourner !

On est content de retrouver notre spot, en plus, pas une goutte de pluie n’est tombé ici… On s’endort vite et bien. Mais au milieu de la nuit on entend :

« Y’a un popaa sur la propriété »

Les popaa c’est les blancs mais on peut pas dire que ce soit un qualificatif péjoratif. Mais en tout cas, un des membres de la famille propriétaire nous réveille. Il est ivre et veut savoir ce qu’on fait là. Il est pas méchant et finalement nous laisse dormir tranquille.

On prend un petit déjeuner avec tous les membres de la famille. On nous offre le café et ils sont tous ravis d’écouter nos récits de voyage. Ils rêvent de la métropole et on du mal à croire que nous on rêve de Tahiti ! On les quitte en promettant d’envoyer une carte postale.

Aujourd’hui, c’est férié : l’arrivée de l’Evangile en Polynésie. Tout est fermé en ville et notre vol et à deux heures du matin. On se balade, boit un dernier verre face à l’océan, mange une dernière fois dans une roulotte, va la plage du phare… On est un peu triste quand on rend notre voiture 🚗 mais pas le temps d’y penser notre vol est avancé de deux heures. Heureusement qu’on est en avance !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s