Un détour par le Nord du Laos et puis s’en va

Au 150 kilomètres au Nord de Luang Prabang se trouve Nong Kiaw, un paisible petit village étape à la croisées des chemins. On s’est mis en tête de se mettre au vert, dans un bungalow au bord de la rivière Nam Ou. Pour y arriver, il suffisait de prendre un mini van pendant 4 heures.

Ce périple c’est un peu la caricature du Laos. On se lève à 6 heures pour prendre le petit déjeuner : on est tout juste servit à 7h45 (le rendez vous minivan est à 8 heures). Le van a une heure de retard, on a faillit s’inquiéter… Une fois à bord il doit récupérer l’ensemble des passagers, et après deux longs tours de la ville (et après être repassé devant notre hôtel 😡) nous voilà en route. Le mélange hétéroclite de nationalités à bord nous permet de rencontrer Mateoch, un jeune homme polonais fort sympathique avec qui nous partagerons notre chambre.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<
ate, le lendemain on se lève à 5h30 pour l'ascension d'une montagne karstique pour voir le lever de soleil. L'ascension à la frontale, sur un "sentier" hard, avec fourmis, termites, chaleur et humidité, nous lessive. Enfin au sommet la montagne est trop petite où les nuages sont trop hauts. Juste au dessus nous le ciel bleu mais on a la tête dans les nuages. Au moins on a pas sauté sur une mine antipersonnel. Sans déc, le Laos est l'un des pays les plus bombardés de l'Histoire, et il arrive encore fréquemment qu'il y ait des morts… C'est aussi pourquoi les Laotiens font payes l'entrée des sentiers car c'est la garantie qu'ils sont sans risques. Une fois en bas, le guichet justement est toujours fermé, et on a gentiment esquivé le gardien qui en voulait notre porte monnaie : il fallait se lever plus tôt monsieur !

c’est pas tout mais après 5 heures de marche, le petit déjeuner nous attend. On discute autour d’un café avec Mateoch des plans pour la suite. Décidément, il se pose beaucoup trop de questions pour tout et prendre une décision paraît insurmontable. Alors nous, on a décidés de laisser les réflexions réflexionner et nous sommes partis pour un long trajet en bus de nuit.

Comme souvent, on arrive au milieu de la nuit à Vang Vieng. Cette ville n’a pas très bonne réputation à cause de la pratique du tubbing qui consiste à descendre le fleuve sur une chambre à air, en faisant quelques stop pour se remplir de liquide divers et variés. Nous ce qui nous intéresse c’est de rencontrer les fondateurs d’une ferme biologique en polyculture.

Dans l’arrêt de bus, 3 Françaises attendent elles aussi le lever du jour pour trouver un lieu d’accueil. On sympathise rapidement. Pierre part en éclaireur pour nous trouver un nid. Un tuk tuk nous harcèle pour nous emmener quelque part (mais où ?) à petits prix. Bref Pierre de retour, il a trouvé un lieu potentiel pour poser nos sacs. On croise alors d’autres gens sympas… mais il n’y a qu’une place pour nous et pas pour les filles. On les aide à chercher et après avoir trouver à quelques mètres de notre guesthouse, on va se prendre un petit déjeuner.

Les filles sont crevées nous on se lance dans une ballade à vélo : direction la ferme des biquettes !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s