Un début au Myanmar.

Génial encore un festival ! Cette fois ci c’est le festival des lanternes et autres ballons volants… Notre objectif est de rejoindre Mandalay dans le centre du pays depuis Yangoon où nous avons atterrit. Direction la gare routière. C’est immense et il y a un milliard de compagnies différentes. Les bus sont tous complets en raison de la paire de jour férié. Youpi. On s’est quand même dégoté un bus mais un peu cher et dans plusieurs heures. Après notre semaine au monastère, on se rend compte qu’on peut dormir n’importe où, donc un banc ça fera l’affaire pour la sieste. Quelques rencontres sympa ponctue notre attente : un couple de Malaisien, deux expatriés Français…. Erres dans une gare routière de cette taille n’a pas grand intérêt mais au moins on trouve à manger facilement. Rencontre aussi avec la cuisine Birmane. Quelle surprise quand on monte enfin dans le bus : dix sièges en tout, télévision, siège massant, collation… Le grand luxe !

Arrivée de bon matin et trop vite à notre goût à Mandalay. En birmanie toutes les stations de bus longues distances sont éloignés des centres villes que l’on essaie de rejoindre. Dans ces cas là m, partager un taxi est encore là meilleure solution : rapide et efficace. On se retrouve dans un tacos avec les deux expatriés, ils nous ont offert la course il nous reste alors que 3,5 à faire pour rejoindre notre hôtel en plein centre. À pied c’était le plus simple, mais tout de suite deux motos s’arrêtent et nous propose de nous y emmener. Décidément cette ville est très grande et assez charmante. Royale Guest House à Mandalay est un établissement très confortable (mais surtout très abordable). Tous les birmans qu’on a croisé ici sont très très hospitaliers.

Premier jour, location de vélo juste en face et roule ma poule. Les vélos ont trente ans mais c’est les mieux qu’on ait trouvé. Quelques temples au hasard des rues, on cherche le marché de Jade mais on l’a pas trouvé… On a voulu aller voir les fabriques de feuille d’or mais on a pas trouvé non plus. On se dirige vers le Palais Royal qui prend une bonne partie de la carte, donc impossible de le louper ! L’entrée n’est pas donné mais des Français nous ont dit que cela donne accès à d’autres sites aux alentours… c’est toujours bien de récupérer les bons plans. Merci Louis Marie et Alex ! Après le bain de foule on réenfourche nos bolides pour un autre temple, puis un autre, puis un autre. Et un dernier en haut d’un millier de marches pour voir le coucher de soleil. L’ascension est plutôt sympathique, on papote avec des moines qui aiment pratiquer leur anglais. Le notre n’étant pas encore au top… 4563 marches plus tard (à peu près), on réalise qu’un bon paquet de touristes on eu la même idée que nous. Dès qu’on a eu notre cliché, on redescend sans demander notre reste pour éviter d’être écrasé par la masse. Retour dans la nuit et la circulation à la recherche de nourriture : découverte d’une spécialité… spéciale. La salade de feuille de thé, agrémentée de cacahuètes 🥜.

<<
uxième jour, consacré (avec les conseils de nos copains) aux anciennes capitales du royaume de Birmanie. Elise a un peu la crève (climatisation à 15 degrés…merci !) on opte donc pour un chauffeur qui nous emmènera aux différents spots.

Dring dring réveil 5h00 pour un lever de soleil sur le pont d'U bein, avec un petit tour un bateau sur le fleuve partage avec d'autres.

Ensuite, cité de Mingun. On flâne dans les temples impressionnants, et on découvre également la plus grosse cloche du monde en activité.

Un jour les colons Anglais ont volés la cloche en vue de la fondre pour faire des canons (ça en aurait fait un paquet). Ils l'ont mis sur un bateau direction l'Inde sauf que… plouf, il a coulé. Pour récupérer la plus grosse cloche du monde au fond de l'eau, les Birmans ont attachés des bambous sur le mastodonte. Elle a finit par remonter à la surface. C'est pour ça qu'il n'y a plus de bambous en Birmanie… Non, on blague. A Mingun, il y a également un immense temple carré puisqu'il devait être la base d'une construction énorme mais qui n'a jamais été achevée. Le dernier tremblement de terre a bien abîmé le bâtiment mais ça reste impressionnant. On a pris un deuxième petit dej' (du riz) et la on aperçoit un groupe de Français qui parle la langue des signes. Ni une ni deux, Elise va papoter avec eux, mais ils sont avec un guide et donc plutôt pressé.

<<
rès un stop dans un autre temple, la chaleur et les marches ont raison de notre motivation… voir le temple de loin c'est bien aussi non ?

Prochain arrêt Ava, où il faut prendre un bateau puis une calèche pour s'y rendre. A la vue des cheveaux, on essaie de trouver un vélo pour faire le tour. Mais pas moyen, c'est trop bien ficelé. Alors on monte dans la calèche d'une femme au caractère bien trempé. Premier stop dans un temple tout écroulé mais pas dénué de charmes. Mais le gosse de 6 ans qui avait appris à vendre ses cartes dans plusieurs langues était aussi rigolo : " Elles sont jolies, c'est pas cher !". Hop on saute dans notre calèche direction un temple tout en bois et qui a 400 ans. On y est pas reste très longtemps dommage car c'était le plus intéressant. Il faut dire que les calèches attendent à la queue leu leu, le trafic s'intensifie et après notre passage des bouchons commencent à se former. Notre conductrice de choc régule la circulation avec brio : elle gueule comme une poissonnière et tous les messieurs rentrent dans le rang ! Un petit tour par la tour penchée qu'on ne peut plus approche suite au tremblement de terre, et on arrive au dernier temple. Elle nous propose de nous grouiller histoire qu'on soit les premiers à l'embarcadère pour ne pas poireauter pour traverser. Ça nous va, on a déjà une belle journée dans les pattes. Mission réussie, on arrive avant la foule de l'autre côté d'Ava.

<<
isqu'on avait un chauffeur sur la main et qu'on a pris de l'avance sur le programme (il est 15 heures) il nous emmène au marché de Jade qui est presque en totalité fermé (c'est trop tard). On était juste à côté la veille en vélo (zut). Ensuite, on se dirige vers un atelier de feuilles d'or : à l'ancienne la fabrication :

https://puzzlemyworldcom.files.wordpress.com/2017/12/img_3237-1.movhttps://puzzlemyworldcom.files.wordpress.com/2017/12/img_3250-1.mov

Il est 18 heures, ça fait 13 heures qu’on vadrouille, on est ko. On congédie notre chauffeur et allons manger. Demain nous nous mettrons pour Bagan et ses milliers de pagodes… on a hâtes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s