Sereins au Népal

Bakhtapur – Megauli.
Vous êtes à Bakhtapur et vous avez envie de devenir volontaire dans une ferme écologique à côté du plus célèbre parc naturel du Népal. Voici la recette pour vous y rendre : 
Tout d’abord bien préparer le terrain, visualiser la route et obtenir des informations sur les prix et la longueur du trajet. (Pour mémoire : appliquer un ratio de 1,5 sur le temps du trajet).
Les ustensiles sont très simples à trouver au Népal.
2 bus 🚌 très différents : l’un citadin et bondé et pour l’autre privilégié la clim à fond et des amortisseurs sur le point de rompre. 
1 taxi opportuniste qui dit oui à tout (il est important qu’il ne sache pas où il va) 
1 véhicule touristique vide confortable et cher 
1 route goudronnée et suffocante 
Quelques petites ruelles de Katmandou bondées et bruyantes 
1 très longue piste de montagne en destruction, périlleuse, étroite et embouteillée 
Sur les 286 kilomètres de trajet, vous trouverez les ingrédients nécessaires 
Des gazs d’échappement de moteurs divers et variés (ces gazs doivent être denses issus d’une combustion incomplète d’un carburant de mauvaise qualité) ; des bouchons d’une grande capitale ; un soupçon de mauvaises informations ; une chaleur torride ; des bruits de Klaxons incessants (augmentez le volume) ; de la compréhension et de l’incompréhension ; des effondrements ; des gros rochers ; la nuit noire et obscure ; (PM : prévoir des bus dans le ravin au cas où ) ; deux voyageurs en transit 
Au petit matin, aller tranquillement à la station de bus de Bakhtapur, dans le bus citadin y mettre les voyageurs transit d’amour. 
Parcourir les premier kilomètres sur la route goudronnée. Saupoudrer de pollution, le bus doit être bien rempli (pensez à mettre des gens assis mais aussi debout bord à bord et bien serrés). Bloquer la route avec les bouchons avant d’arriver à Katmandou. Laisser à température ambiante durant 4 heures (chaleur torride). 
Au terminus rechercher un taxi pour la gare routière longue distance, les voyageurs doivent être perdus et encore pleins d’espoir. Pousser les dans un taxi qui dit savoir où il va et faites un petit tour (une heure environ) Note : ici vous pouvez vous aider d’une carte et activer la géo localisation 
Une fois arrivée au point de départ des bus touristiques et confortable, l’endroit doit être fermé depuis plusieurs heures. Malaxer les voyageurs et faire réduire un peu leur entrain. Attacher les à un bouquet de bagage garni et faites les bouillir à pieds quelques minutes. 
Demander de l’aide car cette partie peut être physique. Obtenir des informations compréhensibles mais incomplètes sur un possible espoir de lieu de départ. Pour accéder au prochain véhicule longue distance, viser le trafic local. Prener les ruelles avec le taxi de luxe par dépit. Bien saler la note.
Prendre la route principale en forme de chemin de montagne avec le mini bus, faire des pauses régulières à l’aide des bouchons, mettre quelques rochers sur la route. Continuer 5 h sur la piste sinueuse pleine de trous. Rouler au max avec un chauffeur qui à l’art du contresens pour doubler. Pour plus de piquant ajouter des ravins plongeant (vous pouvez y mettre des bus dedans à flanc de montagne).
Secouer le tout et recouvrir d’une nuit noir, sourtour ne pas ralentir le rythme pour les 150km (4h). Déposer les voyageurs quelque part : nourrir, laver, brosser, évider, endormir. Laisser reposer.
Le lendemain, au petit matin, trouver un bus de ville et atterrir à l’éco-village de Megauli !


 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s